sc_IMG_6696

Bestioles du nouvel an

À l’occasion du nouvel an chinois, je me suis retrouvé à traîner dans la campagne non loin de Taïchung. Même si l’humain est présent quasiment partout sur l’île de Taïwan, les animaux parviennent à garder leur place, pour le moment.

Je suis tombé sur un massif de fleurs au bord d’une route avec de nombreuses abeilles très actives. J’y suis passé deux fois. Mon premier passage eu lieu peu de temps avant le coucher du soleil. Les fleurs étaient déjà en train de se fermer.

sc_IMG_6334

sc_IMG_6355

Le lendemain, je suis passé par grand soleil. Les fleurs grandes ouvertes étaient bien plus accessibles. La lumière m’a aussi permis de monter en vitesse et de prendre quelques photos inattendues.

sc_IMG_6696

sc_IMG_6689_m

sc_IMG_6691

sc_IMG_6635

sc_IMG_6648

Dans le même massif de fleurs, une casside :

sc_IMG_6352

Un syrphe, une mouche inoffensive qui imite plus dangereux qu’elle :

sc_IMG_6667

Une fourmi dont je ne connais pas la famille précise. Elle ne ressemble pas tout-à-fait aux fourmis européennes. On peut distinguer des épines sur le thorax.

sc_IMG_6674

Un peu plus loin, voici un animal très discret au moindre bruit signalant un intrus, mais qui fait lui-même un énorme boucan dès qu’il se croit seul : le scinque à queue bleue. Cette photo n’est pas très réussie, mais je ne désespère pas de faire mieux à une autre occasion. Celui-ci est passé juste devant mes pieds, mais il m’a été très difficile d’approcher l’appareil très lentement et de soigner la prise de vue.

sc_IMG_6730

Exactement au même endroit, mais au retour, je suis tombé sur un autre spécimen, peut-être un japalura de Swinhoe.

sc_IMG_6747

Pour finir, une petite araignée étrange qui est capable de faire vibrer sa toile quand on la dérange. On suppose que la vibration très rapide qu’elle provoque en cas de menace la rend pratiquement invisible pour un éventuel prédateur.

sc_IMG_6235

Une réflexion sur “ Bestioles du nouvel an ”

  1. Ces tranches de vie d filent sous nos pas et les gentilles bestioles s’inventent une histoire au fil des saisons. Elles existaient avant notre passage et poursuivront leur cours apr s. « On ne conna t presque jamais l’histoire des gens et des choses qui nous entourent. Je ne vois donc pas pourquoi ce serait diff rent dans l’art », explique David Zinn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>