sc_IMG_5720

Session du 17 janvier 2015

Deuxième session photographique avec les patineurs, les mêmes pour la plupart. Comme je l’expliquais dans l’article de la première session, la difficulté est de renouveler la mise en scène, la composition, le cadrage, etc, afin d’éviter la répétitivité d’un tel exercice.

J’ai d’abord tenté d’améliorer simplement la qualité des prises de vue en variant les sujets et en réglant de manière plus adaptée le fonctionnement de l’autofocus qui n’était pas optimal la première fois.

Les premières prises ne sont malheureusement pas originales, mais plutôt satisfaisantes si l’on considère mon niveau technique.

J’aime celle-ci pour son côté bordélique mais pas désagréable. L’uniformité des tenues compense l’absence de composition.

sc_IMG_4696

Il n’y a pas d’âge pour commencer.

sc_IMG_4672

En plein exercice, très concentré.

sc_IMG_4676 sc_IMG_4682

Je trouve ces deux profils vraiment touchants, on les croirait directement sortis d’un film d’Hayao Miyazaki.

sc_IMG_4684 sc_IMG_5433

Patinage synchronisé ?

sc_IMG_5414 sc_IMG_5415 sc_IMG_5416 sc_IMG_5417 sc_IMG_5418

Aujourd’hui, on va voir le planter de bâton !

sc_IMG_4695

Une débutante rattrapée par deux meutes de patineurs au taquet.

sc_IMG_4902 sc_IMG_4903 sc_IMG_4904

Tout le malheur du monde sur les épaules… Non, il ne va pas se suicider. C’est juste une période de repos.

sc_IMG_5038

Mais soyons sérieux. Voici une série intéressante mettant en évidence une faible profondeur de champ. L’effet de relief est parfois impressionnant. Il faudra que je travaille davantage cette technique à laquelle on ne pense pas toujours en photo sportive. La mise en valeur du sujet est vraiment flagrante.

sc_IMG_4886 sc_IMG_4948 sc_IMG_4999 sc_IMG_5149

En passant, on peut être charpenté comme un char d’assaut et avoir le style. Ne faites pas attention aux patins roses. À Taïwan, le rose n’est pas indéfectiblement lié à la gent féminine.

sc_IMG_5739

Mon problème ici est l’angle de prise de vue : posté au bord de la piste, dans le virage, suffisamment haut au-dessus de la barrière. Les photos ont toutes cette tête.

sc_IMG_4728 sc_IMG_4736

Ce n’est pas mauvais, mais ça manque un peu d’énergie. J’ai donc décidé de descendre sur la piste, toujours dans le virage et de me coucher pour obtenir un point de vue aussi bas que possible. Le virage étant relevé, il ne m’a pas été possible d’être en contre-plongée, mais c’est mieux que rien. L’effet sur l’action est tout de même sensible. Les scènes gagnent vraiment en vitesse et en énergie.

sc_IMG_5600 sc_IMG_5527 sc_IMG_5569 sc_IMG_5574 sc_IMG_5613 sc_IMG_5637 sc_IMG_5720 sc_IMG_5727

On voit que ça s’énerve. C’est visible aussi sur les photos solos.

sc_IMG_5689 sc_IMG_5688 sc_IMG_5678

Cette photo est exceptionnelle car, sur les centaines que j’aie pu prendre, ce gars-là ne sourit jamais. Il faut croire que c’est en me voyant vautré par terre qu’il a consenti à sourire.

sc_IMG_5659

IMAG0105-r

Celle-ci n’a bien sûr pas été prise par bibi. C’est juste pour vous donner une idée de la situation. La prochaine fois, j’essaierai peut-être de me coller aussi près que possible de la sortie du virage pour bénéficier d’un point de vue plus bas. Par contre, c’est aussi là que les patineurs rejoignent l’extérieur de la piste, c’est donc plus dangereux. Nous verrons bien…

À plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>