Archives de catégorie : Photo commentée

L’Arbre

Cette photo a été une étrange surprise. Lorsque j’ai vu cet arbre, bien droit avec ce houppier bien arrondi en demi-cercle et clairement dégagé du tronc ; je l’ai cru sorti d’un récit surréaliste. Ce genre d’histoire dans laquelle tout est parfaitement représentatif de ce qu’il doit être : des personnages dont la physionomie et l’accoutrement correspondent à ce qu’ils sont, où les fleurs sont éclatantes comme doivent l’être des fleurs, le ciel parfaitement bleu, les chemins bien tracés même en pleine nature, etc.

Cependant, il m’a semblé que, malgré son apparence commune, celui-là avait un air un peu sévère, pour ne pas dire menaçant.

Lorsque j’ai pris la photo, je ne voulais que l’arbre tout seul et j’ai maudit ces paysans qui me gâchaient la vue. C’est seulement après que j’ai compris à quel point ils sont indispensables à cette photo.

Je ne vais pas m’étendre longuement sur mon interprétation de cette scène, chacun doit être libre d’y voir ce qu’il veut sans être trop influencé, mais il me semble qu’elle symbolise une nature prodigue, certes, mais exigeante et âpre. Elle veut bien donner, mais le travail pour obtenir ses fruits sera long, pénible et laissera des mains calleuses et des dos cassés.

dt__mg_9975_02_r

Ce qui m’a vraiment laissé pantois en retravaillant cette photo, c’est sa construction. Évidemment, je ne m’en suis pas rendu compte au moment où je l’ai prise même si, en jetant un œil sur l’écran de l’appareil, je me suis douté qu’elle serait intéressante. On dirait bien qu’à force de prendre des photos, on finit par les construire de manière semi-consciente. L’idée de centrer l’arbre était déjà présente. Pourtant, sur la photo originale, l’arbre n’est pas centré, mais je savais déjà que je la recadrerai en post-traitement.

dt__mg_9975_c1

Ici, c’est évident, on a une structuration de l’image par l’arbre qui semble détenir un pouvoir sur tout ce qui l’entoure. On peut voir des oppositions entre le ciel et la terre, la légèreté des feuilles et la lourdeur des humains, les hauts immeubles au fond et la campagne au premier plan…

Ensuite, après examen sur grand écran, d’autres lignes sont apparues.

dt__mg_9975_c2

On retrouve les sempiternelles lignes de tiers, ici produites involontairement, et qui structurent l’image autour des humains toujours dominés par le feuillage de l’arbre. Le rapport hiérarchique est frappant.

Pour finir :

dt__mg_9975_c3

Cet arc nous renvoie directement à la structure de nombreuses œuvres classiques : peintures, retables, constructions romanes, etc. Lorsque l’on regarde cette photo de loin ou en taille réduite (sous forme de vignette, par exemple), on a la forte impression de voir une peinture. Je pense que c’est en grande partie lié à ces lignes.

dt__mg_9975_02_r2

Sous l’arbre, l’image ainsi découpée est presque carrée. D’une domination, on passe à un enfermement, un rapport de dépendance. Les humains ne peuvent exister sans l’arbre, il est leur dieu.

Le premier regard que je jette sur cette photo est toujours sans grand intérêt, même maintenant que je la connais bien. Pourtant, dès le deuxième regard, elle me capte et m’oblige à m’y attarder. Cela me fait cet effet à chaque fois que tombe sur elle, je suis contraint d’y consacrer au moins quelques minutes, comme si c’était important voire indispensable. C’est bien la première fois qu’une de mes propres photos me touche à ce point.

Lumière

sc_DT__MG_9278

Pendant que je faisais des photos de Garrulax morrisonianus, je voyais souvent ces oiseaux grimper un talus derrière moi. En me retournant, je m’aperçois que le soleil donne juste au-dessus et fait briller les herbes. Cela m’a donné l’occasion de faire une de mes plus jolies photos.

sc_DT__MG_9275

Il est rare, en tout cas en ce qui me concerne, de faire volontairement une très jolie photo. C’est souvent la nature qui décide de me mettre en présence d’un sujet à l’esthétique exceptionnelle ou particulière. Il est fréquent que je prenne la photo sans être vraiment conscient de ce qu’elle va donner en définitive.

La surprise est quand je la vois en grand format sur un écran. On pourrait penser que depuis la photographie numérique il est facile de vérifier le résultat sur l’écran de son appareil. C’est clairement faux. Bien sûr, l’expérience permet de se douter que la photo qui vient d’être prise sera bonne ou non une fois retravaillée, mais il est vraiment difficile de juger de tout le potentiel d’une photo sur un petit écran d’appareil, aussi bon soit-il.

On se retrouve donc dans la position du photographe argentique condamné à attendre le développement de ses prises de vue pour savoir s’il a bien travaillé ou non, avec un peu moins de suspense tout de même.

Empilement

Cette photo a été prise dans le voisinage. Elle fait partie de ces scènes ou détails qu’on ne remarque jamais ou peu. Le noir et blanc s’impose ici par la quasi absence de couleurs de la scène originale. À part un recadrage et quelques retouches de contraste, elle n’a pas nécessité beaucoup de travail. Le point crucial étant surtout d’éviter de trop forts contrastes pour ne pas détruire la matière.

En effet, cette scène m’a permis de prendre conscience des textures. Celle-ci n’a pratiquement aucun aplat lisse, tout est détaillé, granuleux, rugueux, crevassé, torturé. Voici quelques détails de cette photo pour mieux s’en rendre compte :

IMG_2535_v6-det1 IMG_2535_v6-det2 IMG_2535_v6-det3J’ai bien conscience que le rendu des textures pourrait être meilleur. Éduquer le regard est le leitmotiv de tout aspirant à la photographie et il faut faire suivre la technique. Depuis cette vision, je travaille tant bien que mal à capturer ces textures. J’en reparlerai certainement…